«Schiller l’a toujours prévu, Rossini en a toujours rêvé et la Suisse l’a toujours souhaité.»

«Guillaume Tell» de Rossini au Grütli. Un événement sensationnel, comparable à la légendaire représentation d’Aida au pied des pyramides de Gizeh ou à celle de Turandot dans la Cité interdite de Pékin. Connu de tous les Suisses pour son ouverture et son motif iconique du cor, l’opéra retrouve pour la première fois son cadre d’origine, le Grütli. Fondée sur l’original français, son adaptation a été spécialement mise au point pour une représentation au cœur de la Suisse. Elle sera chantée dans nos quatre langues nationales.

Il s’agit principalement dans ce projet d’impliquer l’ensemble de la Suisse et de mettre le Grütli, lieu d’identification, symbole de l’origine et de la cohésion de la Confédération, à la portée du public. C’est pourquoi l’ensemble soliste, composé de chanteurs suisses de renommée internationale, sera complété par des choristes talentueux et des comédiens amateurs, choisis dans le cadre d’un casting mené à travers toute la Suisse.

Les 3 cycles de 25 représentations rendront palpable la force élémentaire de l’opéra dans le décor des lacs et des montagnes de la Suisse primitive. Rossini a en effet infusé dans sa composition musicale les forces de la nature et le paysage mythique de la Suisse. Le public assistera à un spectacle comme la Suisse n’en a jamais connu. Les mélomanes comme les fans d’opéra, les amateurs d’histoire comme les familles.

Le projet a été initié par l’acteur uranais Urs Althaus. La Société suisse d’utilité publique (SSUP), les cantons limitrophes, diverses organisations, des entreprises et de nombreuses personnalités politiques, économiques, culturelles et sportives soutiennent l’association Grand Opera Wilhelm Tell.

Un événement culturel d’importance nationale.

La représentation en plein air du grand opéra «Guillaume Tell» au Grütli sera un événement capital pour le pays. Jamais auparavant cette œuvre n’avait pu retourner à sa source.

Une œuvre d’art d’envergure européenne.

Gioacchino Rossini, dit-on, considérait « Guillaume Tell » comme son chef d’œuvre. De fait, son seul grand opéra en français ne pouvait être plus européen. Sa création a eu lieu en 1829, à l’époque mouvementée de la Restauration, entre le congrès de Vienne et le Vormärz révolutionnaire. Rossini l’Italien l’a composé pour l’Opéra de Paris. Il évoque la lutte des cantons de Suisse centrale pour leur liberté contre les Habsbourg d’Autriche. Son modèle: un classique de la littérature allemande. Mais ce n’est pas tout: son sujet remonte à une saga nordique encore plus ancienne que la Confédération elle-même.

Des figures d’identification.

La mise en scène au Grütli se fonde sur les multiples facettes des personnages. La complexité des rôles féminins renferme un grand potentiel dramatique, et en premier lieu celui de Hedwige, mère de Walter et épouse de Tell, qui se bat aux côtés de ce dernier. Elle incarne une figure féminine pleinement émancipée, qui donnera un bon sujet de réflexion et de discussion.

L’ouverture la plus célèbre de l’histoire de l’opéra.

Peu de mélodies d’opéra sont aussi connues que la fanfare et le « galop » à la fin de l’ouverture de «Guillaume Tell». L’avertisseur à trois tons des cars postaux suisses fait également partie intégrante de la mémoire collective auditive de tous les Suisses. Entendre ces trois notes en direct au Grütli sera déjà un point culminant. Un seul parmi tant d’autres au cours de cet événement populaire, riche en émotions et intemporel.

La nature comme protagoniste.

Dès la conception de son opéra, Rossini a attribué une importance centrale à l’univers alpin mythique de la Suisse. Il a incité ses décorateurs à se rendre au lac des Quatre-Cantons pour réaliser des esquisses sur place, afin que la première représentation soit la plus authentique possible. C’est aussi pour cette raison que la puissance de la nature de la Suisse centrale joue un rôle capital dans cette mise en scène. Une puissance que le public pourra vivre physiquement, au cours d’une expérience quasi mystique.

Une distribution prestigieuse.

Pour les rôles principaux, des entretiens ont déjà eu lieu avec des artistes suisses internationalement reconnus, parmi lesquels de nombreux spécialistes de Rossini. Ces chanteurs et chanteuses à la carrière internationale confirmée, seront également accompagnés par de nouvelles voix suisses de grand talent, auxquelles notre production donnera la chance de participer.

Mario Venzago
Vesselina Kasarova
Alfred Muff
Malin Hartelius
Laurence Guillou
Claude Eichenberger
Ruben Drole

L’art pour tous.

Le grand opéra «Guillaume Tell» au Grütli sera un événement destiné à tous ceux qui veulent vivre une expérience extraordinaire et inoubliable, une expérience du plus haut niveau artistique et de la plus grande intensité. Le sujet est connu; cette histoire est transmise et commentée depuis des générations dans toutes les salles de classe suisses. Pourtant, le grand opéra « Guillaume Tell » au Grütli renferme un secret, qui ne se révèle qu’à ceux qui y assistent: l’expérience de l’art élémentaire de l’opéra, en plein air, sous le ciel de la Suisse primitive. Une expérience profondément émouvante, qui sera le souvenir de toute une vie. Le projet est fondé sur la durabilité et le long terme. Le grand opéra «Guillaume Tell» occupera en effet une place fixe dans l’agenda culturel de la Suisse.

Le projet entraînera les visiteurs dès le départ. Le parcours commence avec la publicité, puis il continue avec la vente des billets, puis il passe par les supports d’information et de promotion, par la couverture médiatique dans les trains, les bateaux et sur les chemins de randonnée, pour finir par le décor à couper le souffle. Cette chaîne d’expériences aura pour point culminant une représentation comme la Suisse en a toujours rêvé.

Quand nous parlons d’«événement pour tous», nous parlons vraiment de tous, pas seulement des amateurs éclairés. Nous parlons de la Suisse, avec toutes les couches de sa population. Parmi elles, nous parlons en particulier des familles. La durée de l’opéra a été raccourcie à 2 h et 30 minutes, pour être adaptée aux enfants. L’histoire de Tell doit également être mise à la portée des plus jeunes. C’est en particulier pour cette raison que nous cherchons à collaborer avec les écoles à travers tout le pays.

Au bon moment, au bon endroit.

«Guillaume Tell» de Gioacchino Rossini est le seul opéra mondialement connu sur un thème suisse. Le Grütli est le lieu qui symbolise comme aucun autre l’union délibérée et la cohésion de la Suisse, cette nation fondée sur une volonté. Il a inspiré Schiller, qui, comme Rossini après lui, en a tiré un chef d’œuvre.

La soigneuse mise en scène d’Andreas Winkler développe des épisodes appréciés, tels que la fuite de Leuthold, le tir dans la pomme, le saut de Tell, la mort de Gessler, et bien sûr le serment du Grütli, mais aussi des aspects de l’œuvre peu pris en compte dans le passé. La structure des personnages féminins, comme Hedwige, l’épouse de Tell et la princesse Mathilde de Habsbourg. Le rapport de la nature et du paysage avec les caractéristiques archétypiques de la femme et de la mère. Le reflet des états d’esprit, des situations et des événements dans les descriptions musicales de la nature. Les images sonores où l’on peut reconnaître l’impressionnant décor montagnard. Tout cela sur une scène semblable à une arbalète surdimensionnée.

Sur le plan musical, la production suit des chemins que des pionniers de la pratique d’exécution historique tels qu’Alberto Zedda, Claudio Abbado, Riccardo Chailly ou Cecilia Bartoli ont empruntés en pionniers ces dernières années dans le domaine du bel canto et de l’opéra romantique.

Les valeurs de liberté, de sens civique, de courage, d’espoir et d’autonomie sont ravivées par ce sujet historique. Des thèmes des plus actuels, qui poussent au dialogue et stimulent la réflexion. Une mise en scène en accord parfait avec l’esprit typique de l’industrie culturelle moderne. Avec beaucoup d’amour pour l’art, l’opéra, la musique, la scène et le chant, comme seule l’Europe en a produit.

Se faire une image.

Voici quelques impressions de la préparation du projet «Grand Opera Wilhelm Tell».